Lever Coucher Phototèque Rechercher
08:12
16:46
fond pour prescriptions sanitaires

Prescriptions sanitaires

La trichinellose ... un risque à prendre en compte

Vers d’environ 1 mm, la trichinellose est un parasite susceptible d’affecter le porc, le cheval, mais aussi le sanglier, et à travers eux, l’homme consommant leur viande.

Si on n’observe généralement pas de lésion à l’examen des carcasses des animaux infestés, chez l’homme, la trichinellose peut conduire à de graves symptômes (diarrhée, fièvre, œdème du visage, douleurs musculaires et signes nerveux, troubles de la vision) avec des séquelles parfois irréversibles.

 

Pour éviter tout risque d’infestation, la congélation de la venaison ne suffit pas.
Le seul moyen préventif, fiable à 100%, est sa cuisson à cœur.
fond pour prescriptions sanitaires 2

Trichinellose, que dit la loi ?

Pour mémoire, il est obligatoire en France de faire analyser un sanglier destiné à la commercialisation. Elle l’est également pour les repas de chasse et surtout les repas associatifs. Il faut pour cela apporter l'ensemble de la langue de l’animal au Laboratoire de SEYNOD : LIDAL.

En cas de cession de la venaison à des proches, le chasseur se doit d'informer le bénéficiaire du risque potentiel. Des sacs plastiques « Venaison », portant ce message, sont disponibles à la Fédération (50 centimes pièce). Les sociétés de chasse sont invitées à en tenir à la disposition de leurs membres.

Un risque mesuré

 

Peu de cas sont relevés, même si le sud-est de La France et les massifs montagneux semblent être des zones de localisation de ce parasite. Une enquête sérologique à laquelle nous avions participé entre 2000 et 2004, estimait une séro-prévalence moyenne de 5,6% en France sur l'ensemble des sangliers échantillonnés.
Pour plus d’informations, vous pouvez contacter M. Jean-Jacques PASQUIER au 04.50.46.89.21 ou 06.85.02.75.11.