Lever Coucher Phototèque Rechercher
08:12
16:46

Passages à faune … Des pistes à suivre

Afin de préserver les couloirs de déplacement de la faune sauvage, également nommés « corridors biologiques » car ils relient des réservoirs de biodiversité entre eux, la Fédération des chasseurs de Haute-Savoie mène une veille environnementale continue. C’est ainsi qu’elle a proposé la réalisation de plusieurs ouvrages artificiels, dans le cas de constructions et aménagements susceptibles d’entraver les flux de déplacements des animaux.

 

Pour maintenir ces corridors essentiels à la biodiversité et à la survie de la faune sauvage, l'État, la Région et le Département, sur proposition de la Fédération des Chasseurs de Haute-Savoie, ont notamment financé :
  • la création de l'écopont des Allongets ; un ouvrage majeur, 1er passage à faune supérieur en Haute Savoie, sur la RD 1206 reliant  Cranves-Sales à Juvigny.
  • l’aménagement d’une banquette plus modeste le long de la Chandouze à Cabouet sur St Cergues

 

Un important travail de sensibilisation a également été mené par la Fédération et les ACCA auprès des élus locaux, responsables d'ATMB et agents du Conseil Départemental pour le maintien d'un espace naturel et passage de la faune sauvage entre l'A40 et la ZAC. Des aménagements particuliers ont été intégrés aux projets d'aménagements routiers, notamment le déplacement de grillages, la suppression de barrières de protection ou de l'éclairage public.

Ecopont

Suivi de passages à faune

Les couloirs de déplacement de la faune sauvage clairement identifiés sont nommés « corridors biologiques ». Ces couloirs relient des réservoirs de biodiversité entre eux, et sont essentiels à la survie de la faune sauvage. Cependant, il n'est pas rare que les constructions humaines entravent les flux de déplacements des animaux. Des ouvrages artificiels peuvent être alors réalisés afin de préserver la libre circulation de la faune. Deux infrastructures ont été réalisées dans le cadre des travaux pour la mise en deux fois deux voies de la RD 1206 entre Cranves-Sales et Machilly. Il s'agit de l'écopont des Allongets, ouvrage majeur (premier de la sorte sur le département) de Cranves-Sales à Juvigny, et de la plus modeste banquette le long de la Chandouze à Cabouet sur St Cergues. La Fédération des chasseurs de Haute-Savoie s'assure du bon fonctionnement de ces deux passages à la demande de la DREAL, grâce à des suivis de fréquentation animale, par pièges photographiques. L'objectif est de connaitre les espèces qui utilisent ces deux ouvrages et la fréquence de leurs passages, de participer à l'entretien desdites infrastructures, de proposer des solutions aux dysfonctionnements constatés et aussi d'assurer la police aux abords de l'ouvrage avec les gardes-chasse particuliers des ACCA (Associations Communales de Chasse Agréées) voisines.

Des passages de libre circulation pour la faune entre la France et la Suisse.

Historique

Situé à la limite Franco-Genevoise, le Chablais est un territoire à fort dynamisme démographique. Le réseau routier le desservant s'avère alors vite saturé aux heures de pointe. Pour pallier à ce problème, un élargissement en deux fois deux voies de la route départementale 1206 a été réalisé entre le carrefour des Chasseurs à Cranves-Sales et Machilly. La maitrise d'ouvrage des travaux a été assurée par la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) Rhône-Alpes et le financement assuré par l'Etat, le conseil régional Rhône-Alpes et le conseil départemental de la Haute-Savoie. Cette route étant un obstacle aux déplacements de la faune entre le Massif des Voirons et le bassin Genevois, les travaux ont alors également inclus la construction d'un écopont et d'une banquette le long du passage souterrain du cours d'eau de la Chandouze. Ces ouvrages permettent à la faune sauvage de franchir cette voirie qui avait été clôturée pour empêcher les accidents. En effet, de nombreuses collisions entre la faune et le trafic avaient été enregistrées depuis plus de 20 ans à l'endroit précis où la route départementale et l'axe de déplacement de la faune se croisent. Il était alors important de construire ces passages afin d'éviter une rupture définitive entre la France et la Suisse suite à l'élargissement de cette route. L'écopont dit « des Allongets » et le passage inférieur de Cabouet ont donc été inaugurés en novembre 2014. Le suivi de la fréquentation par la faune a lui débuté en mars 2015. 

 

Localisation des deux ouvrages étudiés : l’écopont des Allongets et la banquette de Cabouet

Ecopont des Allongets

L'écopont des Allongets est le premier passage à faune supérieur de Haute-Savoie. Il est situé entre les communes de Cranves-Sales et Juvigny.

Depuis le début du suivi, les sangliers, chevreuils, cerfs, renards et blaireaux sont de plus en plus nombreux à emprunter l'ouvrage. En effet, au cours du temps, les animaux s'habituent à l'utiliser lors de leurs déplacements et la végétation devient de plus en plus accueillante. L'espèce qui emprunte le plus souvent l'écopont est le sanglier. 

ATTENTION

Ce passage est exclusivement réservé aux animaux, il est interdit de s'y promener, afin d'éviter tout dérangement et préserver ainsi la quiétude de la faune sauvage.

Banquette de Cabouet

Le passage inférieur de Cabouet est un passage mixte, c'est-à-dire que sa banquette a pour but d'accueillir les hommes et les animaux. Il permet également de maintenir une continuité hydraulique, avec le passage du cours d'eau de la Chandouze.

Très peu d'animaux empruntent ce passage. Seulement quelques chevreuils et renards ont été observés. Les principaux utilisateurs de la banquette sont les promeneurs. Nous veillons cependant à l'anonymat des personnes qui ont été photographiées, et les données ne sont pas conservées. 

Bilan mensuel

Tous les mois, un bilan de la fréquentation animale et anthropique du suivi de l'écopont des Allongets et de la banquette de Cabouet est réalisé. Vous pouvez le consulter en téléchargeant le fichier ci-dessous.

Quelques clichés issus des pièges photographiques