Lever Coucher Phototèque Rechercher
08:13
16:46
visuel

La com' com' et les chasseurs agissent pour la gestion des déchêts

29/09/2018
SALLANCHES

La Communauté de communes du Pays du Mont-Blanc a passé une convention avec la Fédération départementale des chasseurs. Il s’agit d’organiser le stockage et la collecte des déchets de venaisons sur le territoire. Georges Morand, président de la com’com’, Serge Revenaz, vice-président et André Mugner, président de la Fédération des chasseurs de Haute-Savoie ont signé la convention mardi à la mairie de Sallanches.

Sans dispositif adapté, ces déchets finissent pour moitié dans la nature et pour l’autre moitié dans les bacs à ordures. Malgré l’absence de réglementation actuelle pour des quantités inférieures à 40 kg, la Fédération départementale a engagé un projet pour permettre la prise en charge de ces déchets par un équarrisseur. Les enjeux sont éminemment sanitaires, olfactifs et de cohabitation avec les autres usagers et l’environnement. Ces déchets proviennent (selon la réglementation européenne) : des viscères, peau, os, sabot, bois, soies du gibier, des animaux percutés sur la voie et de ceux prélevés dans le cadre de la gestion des espèces classées.

La Fédération de chasse versera 1 000 euros par an

Pour cette action, la communauté de communes du Pays du Mont-Blanc autorise les chasseurs des sociétés de chasse signataires à déposer leurs déchets de venaison dans la chambre froide située chemin du Bois noir à Sallanches. Cet équipement est ouvert aux particuliers et aux services d’entretien des routes. Les dépôts y seront possibles sept jours sur sept. C’est la société d’équarrissage Monnard, située dans le Jura, qui emportera les déchets sur son site d’incinération. La Fédération s’est engagée à financer cette prise en charge à hauteur de 1 000 euros par an. La convention a été signée pour une année renouvelable. Sont également concernés les lieutenants de louveterie et les gardes-chasses.

Georges Morand s’est félicité de l’accord : « Cela permet d’optimiser la gestion du site et d’agir pour la protection de l’environnement. Dans un premier temps, la convention ne portera que sur le territoire des dix communes de la com’com’et concernera 13 sociétés de chasse. » André Mugnier a souhaité pouvoir rencontrer le même dynamisme dans l’ensemble de la Haute-Savoie : « Les chasseurs voulaient être les garants d’une bonne gestion de la faune, surtout dans ce beau territoire du Mont Blanc. »

En Haute-Savoie, 80 tonnes de déchets de venaison sont produites chaque année, dont cinq tonnes par saison de chasse sur le territoire de la com’com’du Pays du Mont Blanc.

Pierre HUC

 

> article tiré du Dauphiné Libéré du 29 septembre 2018
Retour